Canada could easily be No. 5 in the world

Dr. Roger Jackson, Olympic gold medallist in rowing in 1964 and now Director of Sport Canada, recently talked to Champion editor Sheila Bresalier about new programs and initiatives undertaken by Sport Canada since the 1976 Olympic Games.

Champion: What is a realistic analysis of Canadian performances at the 1976 Olympics in Innsbruck and Montreal?

Jackson: When Game Plan started in 1973, we were feeling frustrated by the results of the ’72 Games. We knew we could achieve much better performances at the international level, but we were not preparing very well. Only about 50 athletes from both summer and winter teams were among the top 16 in the world. So our goal was to improve the conditions for training athletes, and to provide a hard, disciplined training regimen. Teams had to be centralized.

Roger Jackson

“We have too few coaches who want to be best in the world.”
“Nous possédons trop peu d’entraîneurs qui veulent être les meilleurs au niveau mondial.”

We had to provide the numbers of competitions required to gain the international experience that would allow our athletes to play effectively with the best in the world. We had to hire coaches, start an athlete support system and plan training. We had three years to do all this which is a very short period of time to prepare individual athletes, let alone athletes representing 28 sports. Yet the philosophy was to try to assist every Olympic sport and its programs. Both the 1976 Winter and Summer Olympic teams improved, although I have to say the summer team improved more dramatically, using objective measures, such as a medal count of 11 compared to 5 in ’72, and the number of points scored, which was practically double that of Munich.

In fact, the summer team gave the best Canadian performance in 40 years. There is no question that most of the sports had some improvement. I think what is more remarkable about an analysis of the Games is that in a majority of sports, the coaches, athletes and administrators very soberly realized how difficult it is to be in the top ten in the world. They also realized that we have the potential, the energy, and the capability of being better. And, most important, they wanted to do better.

Champion: What is a realistic level for Canada to strive for?

Jackson: With total commitment, we could certainly be better than tenth. The hard work begins when you are tenth in the world and you want to be ninth or eighth or seventh. We think to move up to eighth, we’ll need perhaps 20 medals — almost double 1976 — just to move up two positions. Progress can be measured after the upcoming Commonwealth and Pan-American Games.

Champion: It is less than three years until Lake Placid and Moscow. Have Canadian performances during the 1976-77 sport season given any evidence of providing improved standings in 1980?

 Jackson: The final results for the season are now being evaluated and will give some idea of where we are. In the background of this analysis is the realization that in the year following the Olympics not a lot happened. There wasn’t a lot of pressure on the athletes, nor were there a lot of specific goals. The emphasis is primarily on the latter three years, which include the Commonwealth Games in ’78, the Pan American Games in ’79, and then the Olympics. However, in rowing, for example, the women’s crew has continued their development. At the 1977 World Championships, they took two bronze medals, had two fourth-place finishes, and one fifth, compared to three finalists in Montreal. Improvement can also be seen in other programs such as speed skating, gymnastics, volleyball and wrestling, where development continues. There are also some sports, and major ones, whose performances are getting worse despite increasingly greater funding.

Champion: Why is it important that Canada improves as an international competitor?

 Jackson: That is really a philosophical question, but I’ll give you some practical reasons why I think it is important. The quality of our domestic sport program is directly related to the quality of our international program. The quality of coaching and the amount of energy and knowledge that goes into the training of high calibre athletes has a very important effect on junior level coaches, community programs, and so on. The excitement that surrounds international teams and high performance is very important to drive or energize developments at a lower level. Consider a particular sport in Canada with no international stars and no tradition: it is terribly difficult to find people who will want to participate in that sport. Now, just think of Nadia Comaneci’s performance. Gymnastics clubs are filled because she caught their imagination. You must have success in order to encourage broad base development. Improvement of Canada’s athletes in international competition also means increased media coverage. You don’t get this unless there is something worthwhile to report. One of our goals is the promotion of sport and the development of a broad base of activity and one of the best vehicles we have for encouraging this is success.

Champion: What is your definition of  “high performance sport’ ’ ?

 Jackson: I come from a tradition at UBC where the goal in rowing was to be the best in the world. In the 1956 Olympics, rowing crews won a gold and a silver medal; in 1960 they won a silver, the only medal Canada won at the Rome Games, and in 1964 their medal was the only gold for Canada. The philosophy that emanated from that club was to take a tremendously disciplined hard-work approach to everything you do. This philosophy is appropriate to Canadian sport, and is achievable in a number of activities. It certainly isn’t strange for a Canadian to want to be best in the world. Look at the men’s basketball team coming from nowhere to finish fourth in 1976. Jack Donohue, their coach, wanted to be best in the world and he convinced the players they could come very close. Look at Graham Smith becoming a world record-holder this summer.

We are beginning to realize that we can achieve excellent performances if we really want to. We no longer want to take athletes to international competitions merely to raise the flag and be humiliated. We know that Canadians are willing to work bloody hard to achieve international success. Now whether that success means being fifth or sixth in the world ultimately will depend on the energies of our volunteer amateur sport system. The government isn’t going to create that energy, but it is going to try to provide funding and leadership up to the requirements of those seriously committed organizations.

Champion: Given the present level ofCanadian performance, what steps are being taken by Sport Canada to provide opportunities for improvement?

Jackson: Following the Olympic Games, we had to find $3.5 million per year that was lost when other agencies withdrew from the Game Plan program. We found this money. Also, since August 1976, we have been planning extensively in all areas relating to high performance—talent identification, training camps, competition, coaching, research, medical and paramedical support and so on. Programs have been redesigned and new ones developed to lead us beyond 1980. Most importantly, however, in September of 1976, the government created a Ministry of State for Fitness and Amateur Sport and appointed Iona Campagnolo as the first Minister. We now have a full-time supporter of our program at the highest level of the government. Additionally, there has been success in soliciting additional federal support for the programs, such as through the establishment of Loto Canada. The trend right now is to give more depth to our national team program and we now have junior as well as senior teams being supported in many sports. Other improvements include a new athlete assistance program, a new coaching apprenticeship program and further developments in establishing a National Coaching School. I think if you compare 1972 and 1976 in terms of what was available to an athlete, they are worlds apart, and I think that in 1980 you will find the sophistication has continued because now we’re not just talking about such matters as sport research or sports medicine, we are doing something about them, and so the aggressiveness ofGame Plan is going to continue.

Champion: Does Sport Canada have a planning relationship with the Canadian Olympic Association?

 Jackson: We have just had a very positive year with the C.O.A., who are determined to develop very clear criteria for the selection of athletes to the Winter and Summer Olympic Games in ’79. They are already discussing with Game Plan the very special circumstances under which our athletes will be living in Moscow. We are already planning the Games missions for support ofthose athletes. We are discussing orientation of our athletes for Moscow by providing competitions there prior to the Olympic Games. We’ve discussed the hiring of an Olympic attaché who would go to Moscow at least a year in advance of the team to set up the provide for our athletes. All this is part of the sophistication I mentioned previously. I think, without any question, the support systems, incl lding the C.O.A.’s activities, will be vastly improved over the past. Sport Canada and its Game Plan program and the C.O.A. are planning better now than we were in the three years leading up to the 1976 Games.

Champion: Where do the provinces fit in?

 Jackson: In the spring of 1976, the provinces withdrew from direct participation in Game Plan. Almost all have stated that they will not be involved in any of the Game Plan or national team programs. We hope they develop their own programs which will lead up to the national team programs. There’s a coordination factor here, but it remains up to the individual provinces to determine how far they wish to go with their own high performance programs.

Champion: What do you see as the greatest single problem facing Canadian athletes?

 Jackson: The greatest single problem is the frustration of athletes of tremendous ability training in circumstances in their local environments that do not give them a program geared to their maximum potential. I have seen high jumpers, swimmers, rowers, cross-country skiers and many others totally frustrated because they don’t have a world-class training program available to them. Some do not even realize that they’re not in a | good training environment. One advantage I had as an athlete was being put into such an environment at UBC. That’s what Graham Smith has with the coaching he receives from Don Talbot in Thunder Bay. There are too few of these environments in Canada. We have too few coaches who want to be best in the world. As a result, the athletes they coach will never be best. The easy thing is to talk about representing Canada and doing well. The hard thing is to do well. To turn this around, we have to provide each sport with world class coaches working with world class training programs. There’s no question in my mind that under those circumstances, Canada could be number five in the world. I don’t think we will ever beat the Soviet Union, East Germany, the United States and West Germany, but sixth-place Japan gains most of its medals from a small number of sports and I think we have the potential to achieve their level. It all depends on the quality of the system we develop. So our problem is world-class coaching and world-class training programs in our local communities for all athletes wanting to commit themselves to that kind of work.

Champion: The Athlete Assistance Program is detailed on page 2. How does this program compare to the provision of funds in other nations?

 Jackson: I would say the new athlete support program is better than any other centrally financed program in any western country in terms of dollar value and comprehensiveness. The new program resulted from observation of the Swiss, Finnish, West German, French, Italian, and American support programs. Now, no one is going to get rich on the programs. It’s designed to provide basic support that will free the athlete from financial restrictions that would inhibit his training, schooling or work. The program doesn’t encourage full-time athletes, that is, people who don’t work or go to school. That’s contrary to the philosophy we want to follow. The program has a clause dealing with special circumstances and we will be as fair as possible in dealing with those circumstances. But athletes must live within the rules of their international federations and the International Olympic Committee, which in some cases preclude large amounts of money going to specific individuals. I am fully aware that a few national federations in certain Western countries occasionally or regularly contravene I.O.C. or international federation rules and as a result exceptional payments are made to outstanding athletes. We as a federal government agency certainly cannot do those things, nor do we want to or, in fact, need to.

Champion: Various sports have imported top level coaches to assist in the development of Canadian athletes. Do you feel these foreign coaches have provided incentive to the development of Canadian coaches?

 Jackson: We were very fortunate to be able to attract so many outstanding foreign coaches to Canada between 1973-76. Only two or three have not stayed. Plans are being developed to try to use these foreign coaches as a resource for the Coaching Apprenticeship Program. That’s a short term goal. A long-term goal is to establish a National Coaching School. Plans are underway to establish this concept within our university structure and our sport system. We hope that by 1980, and certainly 1984, we’ll have a number of people who are exceptionally qualified to work as full time coaches. And, at the same time, we have to develop the employment opportunities for these coaches once they are trained. That’s being worked on through a number of vehicles. The easiest one is to provide salaries at the national level permitting people to be involved with national teams. We are trying to encourage similar development at the provincial level. We are beginning to discuss with the universities the possibility of their hiring a number of these world-class coaches into their programs. Communities are being encouraged to hire more club coaches. These opportunities have to be expanded so there’s a lot of difficult and important work to do.


“La volonté de réussir est là”

Champion s’entretient avec Dr. Roger Jackson

Le docteur Roger Jackson, récipiendaire d’une médaille d’or comme rameur olympique, en 1964, et actuellement Directeur de Sport Canada, s’entretenait récemment avec Sheila Bresalier, rédactrice de Champion, sur les nouveaux programmes et les initiatives entreprises par Sport Canada depuis les Jeux olympiques de 1976

 Champion: Quelle était la performance réelle du Canada aux Jeux olympiques de 1976?

 Jackson: Lors des débuts de Plan des Jeux, en 1973, nous nous sentions frustrés par les résultats des Jeux de 1972. Nous étions d’accord qu’une meilleure performance était possible à l’échelle internationale, mais nous nous y étions mal préparés. Seuls 50 athlètes des équipes des Jeux d’été et d’hiver comptaient parmi les 16 meilleurs au monde. Nous nous sommes alors donné comme objectif la tâche d’améliorer les conditions d’entraînement et de planifier un régime d’entraînement hautement discipliné.

Il fallait centraliser les équipes. Il fallait également fournir une gamme de compétitions afin que nos athlètes puissent profiter d’une expérience qui leur permettrait de se mesurer aux meilleurs athlètes du monde. Nous avons dû engager des entraîneurs, mettre un système d’aide aux athètes sur pied, planifier l’entraînement, etc. Nous n’avions que trois ans pour tout mettre en oeuvre; une période préparatoire fort courte, surtout qu’il fallait entraîner les athlètes dans 28 épreuves différentes. Malgré tout, notre programme se dédiait à aider le sport olympique dans le cadre de ses propres programmes.

Roger Jackson

Il n’est pas étrange qu’un Canadien veule être le meilleur au monde.”
“It certainly isn’t strange for a Canadian to want to be the best in the world.”

Les équipes d’été et d’hiver de 1976 s’améliorèrent sensiblement et je dois souligner que l’équipe d’été connut un essor dramatique, d’après l’utilisation d’un étalonnage objectif, tel le nombre de médailles remportées: 11 par rapport à 5 médailles remportées en 1972, ainsi que le nombre de points affichés à Munich. En fait, ce fut la meilleure performance pour cette équipe en 40 ans. Il va sans dire que la majorité des résultats sportifs connurent des améliorations. Ce qui est le plus remarquable lorsque vient le temps d’analyser les Jeux, est la réalisation, par ceux qui sont impliqués dans les divers événements, les entraîneurs, les athlètes et l’administration, combien il est difficile de se compter parmi les dix meilleurs à l’échelle internationale. Tous se sont également rendu compte que nous avons le potentiel, l’énergie et les capacité de nous améliorer. Et, plus important, la volonté de réussir est là.

Champion: D’après vous, que constitue un niveau réaliste pour le Canada?

 Jackson: Si nous nous y consacrons, nous pourrions être mieux que dixièmes. Vous êtes au dixième rang, l’effort de remonter la pente devient une chose ardue si vous visez la neuvième, la huitième et même la septième place; vous voyez oùje veux en venir. Pour nous hisser au huitième rang, il nous faudra peut-être 20 médailles — presque le double de 1976—simplement pour remonter de deux niveaux. Nous serons en mesure de mieux estimer nos progrès après les Jeux du Commonwealth et les Jeux Panaméricains.

Champion: Il nous reste moins de trois ans avant Lake Placid et Moscou. La performance canadienne durant la saison 1976-77 s’est-elle améliorée suffisamment pour que nous puissions espérer un meilleur rendement en 1980?


Jackson: Nous sommes actuellement en train d’évaluer les résultats de la saison, après quoi nous aurons une meilleure appréciation de notre situation. Il faut se rappeler toutefois qu’à la base de cette analyse très peu s’est déroulé durant l’année qui a suivi les Olympiques. Il n’y avait qu’une très faible pression sur les athlètes et peu d’objectifs particuliers. Cette pression se fera toutefois de plus en plus sentir au cours des trois prochaines années; soit les Jeux du Commonwealth de 1978, les Jeux Panaméricains de 1979 et ensuite les Olympiques. L’équipe féminine d’aviron a toutefois su se développer. Lors des championnats mondiaux de 1977, elles ont remporté deux médailles de bronze et se sont placées en quatrième position à deux reprises, et en cinquième, comparativement à trois finalistes à Montréal. Nous avons connu de nettes améliorations dans d’autres programmes, tel le patinage de vitesse, la gymnastique, le volleyball et la lutte. Il existe certains sports majeurs dont les résultats se détériorent malgré un financement accru.

Champion: Pourquoi est-ce si important que le Canada s’améliore à l’échelle internationale?

 Jackson: Vous me posez une question plutôt philosophique. Je tenterai tout de même de vous donner des raisons pratiques qui me mènent à croire que c’est une chose fort importante. La qualité de notre programme domestique est reliée directement à notre comportement à l’échelle internationale. La qualité de l’entraînement, l’énergie et les connaissances consacrées à l’entraînement d’athlètes de haut calibre ont un effet important sur les entraîneurs de niveau junior, les programmes communautaires, etc. Le niveau de fébrilité qui entoure les équipes internationales et la performance de qualité aussi sont importantes, car elles renforcent le développement au niveau junior. Songez à un sport particulier au Canada qui ne posséderait ni vedettes internationales, ni traditions! Il serait alors presque impossible de trouver des gens qui voudraient y participer. Regardons, par exemple, la performance de Nadia Comaneci. Les clubs de gymnastique sont combles parce que quelqu’un a su capter l’imagination. Il faut une mesure de succès pour encourager le développement à la base. L’amélioration des athlètes canadiens à l’échelle internationale découle aussi de l’attention accrue de la part des média. Mais ceci n’est pas possible à moins d’avoir quelque chose à publier. Un de nos objectifs est la promotion athlétique et le développement d’une solide base d’activité. Le succès sera un de nos meilleurs atouts si nous voulons encourager ce genre de chose.

Champion: Définissez pour nous votre appréciation d’un sport de grande performance.

 Jackson: À l’université de Cplombie-Britannique, le désir de tout rameur était d’être le meilleur au monde. Lors des Olympiques de 1956, ces équipes remportèrent une médaille d’or et une d’argent. En 1960, elles remportaient une médaille d’argent, la seule pour le Canada à Rome et, en 1964, la médaille d’or était la seule à être remportée par le Canada. Il émana alors une philosophie pour cette équipe, une approche disciplinée dans l’entraînement. Cette philosophie est appropriée au sport au Canada, et peut s’appliquer à un nombre d’activités. Il n’est alors pas étrange qu’un Canadien veule être le meilleur au monde. Prenons par exemple l’équipe de basketball masculine, qui a bondi de l’obscurité pour remporter la quatrième position, en 1976. Leur entraîneur, Jack Donohue, voulait être le meilleur au monde et il a convaincu les joueurs qu’ils pouvaient l’être. Cet été, par exemple, le nageur Graham Smith a été détenteur d’un record mondial. Nous commençons à réaliser que si l’on veut, on peut. Nous ne voulons plus inscrire nos athlètes aux compétitions internationales pour le simple plaisir de hisser notre drapeau et nous faire humilier par la suite. Nous savons que les Canadiens sont prêts à se consacrer au travail pour enfin obtenir une mesure de succès dans l’arène internationale.

Que ce succès signifie être en cinquième ou en sixième place, à l’échelle mondiale, dépendra de l’énergie que notre système de sport amateur voudra bien dépenser. Le gouvernement ne créera pas cette énergie, mais fournira simplement le financement et le leadership pour rencontrer les exigences des organismes sportifs qui sont vraiment intéressés.

Champion: D’après le niveau actuel de la performance canadienne, quelles ont été les mesures prises par Sport Canada en vue des opportunités d’amélioration?

 Jackson: Une fois les Jeux olympiques terminés, il nous a fallu trouver 3,5 millions de dollars par année, qui ont été perdus lorsque certaines organisations se sont retirées du programme de Plan des Jeux. On a finalement pu trouver l’argent nécessaire. De plus, depuis le mois d’août 1976, nous avons procédé à une planification complète dans le domaine de la haute performance, tel l’identification du talent, les camps d’entraînement, la compétition, ainsi que l’entraînement, la recherche, le support médical et paramédical et ainsi de suite. Certains programmes ont été redéfinis et de nouveaux ont été développés pour nous mener au-delà de 1980. Toute personne désireuse de se renseigner à ce sujet devrait se procurer un exemplaire de notre Livre vert. Plus important encore a été la création, en septembre 1976, d’un ministère d’Etat de la Santé et du Sport amateur et la nomination de Mme Iona Campagnolo comme ministre responsable. Nous possédons maintenant un partisan fidèle qui travaille à temps plein pour appuyer notre programme et ceci au niveau de gouvernement le plus élevé. De plus, nous avons connu du succès dans nos moyens de sollicitation afin d’obtenir une aide fédérale accrue pour nos programmes, tel l’établissement de Loto Canada. Nous tentons présentement d’approfondir notre programme national et, de plus, nous appuyons nos équipes de niveaux junior et sénior dans plusieurs sports. Mentionnons, en passant, d’autres améliorations, comme le nouveau programme d’aide aux athlètes, un nouveau programme de formation des entraîneurs et l’exploitation plus poussée qui nous mènera à la mise sur pied d’une école nationale d’entraîneurs.

Il y a également amélioration dans la compétition et dans l’entraînement. Si vous comparez 1972 et 1976, à l’égard des services disponibles aux sports, vous vous rendrez compte de la vaste différence qui existe. De plus, je crois qu’en 1980 vous découvrirez que le degré de raffinement s’est accru, car aujourd’hui nous nous consacrons à la recherche et à la médicine sportives. Par l’effort que nous consacrons dans ces sphères, la démarche agressive de Plan des Jeux continuera.

Champion: Existe-t-il une relation distincte de planification entre Sport Canada et VAssociation olympique canadienne?

 Jackson: Nous venons de jouir d’une année fort productrice avec l’AOC qui, pour sa part, est déterminée à développer des critères de sélection très précis à l’égard du choix des athlètes au Jeux olympiques d’hiver et d’été et aux Jeux Panaméricains, en 1979. Des discussions ont été entamées avec le Plan des Jeux à l’égard des conditions sous lesquelles nos athlètes devront vivre lors de leur séjour à Moscou. Nous sommes présentement à planifier les missions des Jeux qui encadreront ces athlètes. Nous appuyons surtout sur l’orientation de nos athlètes, par des compétitions à Moscou avant les Jeux olympiques. Nous avons discuté de la nomination d’un attaché olympique qui se rendrait à Moscou au moins un an à l’avance de l’équipe canadienne, afin de mettre sur pied les affectations diverses que nous devrons fournir pour nos athlètes. Tout ceci fait partie du raffinement auquel j’ai fait allusion plus tôt. Il n’existe aucun doute, d’après moi, que les systèmes de soutien, y compris les activités de l’AOC, se seront grandement améliorés à comparer au passé. Sport Canada et son programme de Plan des Jeux et l’AOC collaborent plus étroitement qu’ils ne l’avaient fait durant les trois années qui ont précédé les Jeux de 1976.

Champion: Où se situe le rôle des provinces?

 Jackson: Les provinces ont cessé de participer activement au Plan des Jeux, au printemps de 1976. Presque toutes ont déclaré qu’elles ne participeront pas au Plan des Jeux ou à l’équipe nationale. Nous espérons qu’elles développeront des programmes qui viendront s’ajouter au programme national. Même s’il existe un facteur de coordination, il en demeure qu’il appartiendra aux provinces de déterminer jusqu’où elles voudront aller avec leurs propres programmes.

Champion: D’après vous, quel est le problème de taille auquel ont à faire face les athlètes canadiens?

 Jackson: Le problème le plus sérieux qu’éprouvent les athlètes les plus prometteurs est celui de la frustration lorsqu’ils se voient obligés de s’entraîner dans un environnement de taille locale qui n’est tout simplement pas équipé pour fournir un programme axé sur leur potentiel. J’ai vu des adeptes du saut en hauteur, des nageurs, des rameurs, des skieurs de fond et plusieurs autres, frustrés parce qu’ils n’ont pas à leur disposition un programme d’entraînement de classe mondiale. Il y en a, qui, en toute innocence, ne sont même pas conscients qu’ils ne suivent pas un bon entraînement. Ce fut un avantage dont j’ai joui comme athlète alors que je m’entraînais à l’université de Colombie-Britannique. Et c’est justement de cela dont jouit aussi Graham Smith dans l’entraînement qu’il suit à Thunder Bay, sous la direction de Don Talbot.

Mais il existe malheureusement trop peu de ces environnements au Canada. Nous possédons trop peu d’çntraîneurs qui veulent être les meilleurs au niveau mondial. Comme résultat, les athlètes qu’ils entraînent ne seront jamais les meilleurs. Il est facile de parler de représenter le Canada et de tenter le succès. Ce qui est plus difficile, cependant, est de réussir. Pour accomplir cela il faudra fournir à chaque sport des entraîneurs de niveau international travaillant avec des programmes d’entraînement de calibre international. Je crois que sous de telles circonstances, le Canada pourrait facilement s’élever en cinquième position mondiale. Je doute que nous puissons jamais surpasser l’Union Soviétique, les Etats-Unis, l’Allemagne de l’Est et de l’Ouest. Le Japon, qui se classe en sixième place, atteint ce rang grâce à un nombre restreint de sports. Je crois que nous avons le potentiel d’atteindre leur niveau, tout dépendant de la qualité du système que nous développerons. Notre problème alors est l’entraînement de classe mondiale et des programmes d’entraînement de classe mondiale dans nos communautés, pour tous les athlètes qui voudront se consacrer à ce genre de travail.

Champion: Le programme d’aide aux athlètes est présenté à la page 8. Comment ce programme se compare-t-il à la provision de fonds dans les autres pays?

 Jackson: Je dirais qu’il n’existe pas de programme dans quelque pays occidental qui puisse égaler l’appui fourni par notre programme, tant en dollars, que par sa nature globale. Ce programme est le résultat de l’étude que nous avons menée des programmes d’appui de l’Allemagne de l’Ouest et des Etats-Unis. Précisons que personne ne s’enrichira avec ce programme.

Il a été conçu pour libérer l’athlète des problèmes financiers qui pourraient entraver son entraînement, son éducation ou son travail. Le programme n’encourage pas l’athlète qui s’entraîne à temps plein; c’est-à-dire celui qui ne travaille pas ou qui ne fréquente pas l’école. Cela va à l’encontre de la philosophie que nous avançons. Il existe une provision dans le programme qui vise des circonstances particulières et qui le rend flexible lorsqu’il s’agit de cas spéciaux. Mais les athlètes doivent se comporter selon les règles de leurs fédérations internationales et du Comité International Olympique qui, dans certains cas, défendent à certains individus de recevoir d’importantes sommes d’argent.

Je suis conscient que certaines fédérations nationales dans les pays de l’Ouest vont à l’encontre des règlements internationaux du CIO ou des fédérations internationales, ayant comme résultat dès honoraires fort élevés payés à certains athlètes exceptionnels. Nous, en tant qu’agence gouvernementale fédérale, ne pouvons ni nous permettre une telle conduite, ni le désirons-nous, ni n’avons-nous besoin d’y recourir.

Champion: Certains sports ont importé des entraîneurs de premier ordre pour développer les athlètes canadiens. Croyez-vous que ces entraîneurs ont aidé au développement des entraîneurs canadiens?

 Jackson: Nous avons eu la bonne fortune de pouvoir attirer des entraîneurs de première classe provenant d’autres pays entre 1973 et 1976. Tous sont restés ici, sauf deux. Nous sommes à mettre sur pied des plans pour utiliser ces entraîneurs venant d’autres pays à l’intérieur d’un programme de formation pour entraîneurs (voir à la page 1). Ceci est un objectif à court terme. A long terme, il faut établir une école nationale d’entraîneurs. Des plans sont actuellement à l’étude pour installer cette réalisation dans nos structures universitaires et sportives. Nous espérons que, d’ici 1980, et certainement en 1984, nous aurons un nombre suffi” ant d’entraîneurs qui seront éminemment qualifiés pour travailler à temps plein. Nous devrons en même temps développer des opportunités d’emploi pour ces entraîneurs, une fois formés. Nous sommes à planifier cette perspective de diverses façons. Une façon est de payer des salaires au niveau national afin que ces gens puissent travailler avec des équipes nationales. Nous tentons de développer cette initiative à l’échelle provinciale. Nous commençons à entamer des discussions avec les universités en vue d’engager certains de ces entraîneurs dans leurs programmes. Nous encourageons les communautés à embaucher un plus grand nombre d’entraîneurs. Parce qu’il nous faut accroître ces opportunités, il nous reste encore beaucoup de travail à faire; un travail difficile, mais d’importance capitale.