Bridging the Gap

Visual defects elusive

by Robert Neil

For athlete and non-athlete alike, the typical eye examination consists of deciphering a chart of meaningless letters affixed to the wall in a doctor’s office. Vision acuity is tested by reading, with one eye, the letters on the chart from a prescribed distance in a dimly lit room — hardly the performance conditions usually encountered in the world of sport.

A visual acuity of 20/20, while considered adequate for everyday situations, is not in itself a measure of the total range of vision needed to perform well in sport. Athletes are invariably placed in situations requiring visual skills and reactions much more demanding than those of a person reading or watching television.

The complexity of vision

The total range of visual functions includes not only visual acuity (the ability to see clearly, distinguish separation, discriminate contours and details between an object and its background), but also such processes as:

  • depth perception (the ability to accurately determine the position of an object in space);
  • binocularity (the coordination of muscles responsible for eye movement);
  • peripheral vision (the ability to discern objects at the edge of the visual field).

Yet despite the complexity of “seeing” in sport, athletes generally undergo the same visual examinations that have been designed for sedentary individuals, that is if they undergo testing at all.

The scope of the problem

Coaches are well aware when an athlete is limping or has a sore arm or a bruised back, but few coaches can recognize an athlete who is “hurting” visually.

Recent studies have shown that there are far more visually impaired athletes than one might expect. Preliminary screening at the United States Olympic Training Centre on prospective Olympic athletes, for instance, indicated that 35 per cent were in need of corrective lenses. A full 60 per cent of these Olympic hopefuls were also found to need an improvement in hand-eye coordination, including both the speed and accuracy of hand-eye responses. In a study of professional football, basketball, and baseball players, 20 per cent of those tested failed a fundamental screening test.

It should be noted, too, that due to the self-selection which occurs at the elite level of sport, those with major visual deficiencies probably dropped out along the way. Thus at the high school level the problem is probably even more acute: studies involving over 5000 high school athletes — 50 per cent of whom had never had a visual examination before — found that 28 per cent of those tested failed to meet the minimum standard necessary for a driver’s licence.

The results of such studies merely suggest the tip of a very large iceberg. As yet there has been no major attempt to determine the state of muscle imbalance, lack of depth perception, or peripheral vision deficiencies among athletes. Even those with 20/20 vision can be deficient in any of the other visual skill areas. It is likely then that not only are many athletes not fulfilling their potential, they are also jeopardizing their safety due to faulty eyesight.

Visual conditioning

Visual training produces fit eyes just as physical training produces a fit body. As with physical conditioning, visual conditioning requires both general training and sport-specific drills to promote the development of visual skills. For instance, peripheral vision, a key component of athletic success, can be improved by up to 30 per cent by sport-specific training drills.

An example that would apply to a number of sports is a passing drill whereby athletes in groups of three or four look at one partner and pass to another. Angles should be systematically varied. There are any number of sport-specific drills that can be devised where peripheral vision is emphasized.

Here is an example of a non-specific exercise designed to improve any athlete’s peripheral vision: Hold a ruler with a small letter glued to the tip in front of you at arm’s length and at eye level. Keeping the head stationary, shut one eye and stare straight ahead with the other. Move the ruler side to side as far as you can and follow the letter at the tip of the ruler without moving your eye or turning your head. Repeat with the other eye. Do five minutes daily.

Spotting visual handicaps

Athletes who consistently stumble, drop hand-offs, miss take-off marks, or commit other execution errors may have visual impairments. Athletes who—

  • when looking at distant objects, squint or close one eye to see better, or thrust the head forward;
  • when visual concentration is required, constantly rub their eyes, suffer from frequent headaches, blink frequently or exhibit excessive tearing or eye redness;
  • consistently shoot to the left or right of the goal, basket, or target;
  • perform poorly late in the competition or under stress;
  • perform inconsistently from game to game or never fulfill their potential;
  • consistently perform substandardly outdoors at night under lights;

— could well have visual deficiencies. If any of the above characteristics are exhibited, consultation with an optometrist is recommended.

Conclusion

Many athletes do not realize that they could be visually impaired; changes in vision are gradual and the symptoms are usually subtle. It is possible to detect visually handicapped athletes and correct deficiencies through a vision therapy program.

Sport optometry is a relatively recent addition to the field of sport medicine and a particularly important one. Coaches are usually aware of the proper methods of identifying, training, and developing athletes, but the sport-specific visual needs of these same athletes have generally been overlooked. The number of athletes, even those with 20/20 vision, who have failed to reach his or her potential for reasons that might have been detected with a complete visual examination and corrected with an appropriate vision therapy program is unknown, but it is undoubtedly high. As they say in baseball, you can’t hit what you can’t see.

Robert Neil is a sport specialist with the Coaching Association of Canada.

Quoi de neuf

Vue: un problème mal perçu

par Robert Neil

Pour l’athlète comme le non-athlète, un examen typique de la vue consiste à déchiffrer une série de lettres sans signification sur un tableau accroché au mur dans le bureau du médecin. On teste l’acuité visuelle en faisant lire ces mêmes lettres, d’un seul oeil, et d’une distance prédéterminée, dans une salle à faible éclairage. Certainement pas des conditions favorables à la performance comme on les rencontre normalement dans le monde du sport.

Une acuité visuelle de 20/20, considérée comme acceptable dans une situation normale, n’est pas nécessairement une indication du rayon visuel nécessaire à une bonne performance sportive. Les athlètes doivent régulièrement faire face à des situations exigeant une habileté et des réactions visuelles beaucoup plus développées que pour une personne qui lit ou regarde la télévision.

L’éventail total des fonctions visuelles comprend non seulement l’acuité visuelle (la capacité de voir clairement, de distinguer les séparations, le contour et les détails d’un objet et de ce qui l’entoure), mais également:

  • la perception de la profondeur de champ (la capacité de déterminer avec précision la position d’un objet dans l’espace);
  • la vision binoculaire (la coordination des muscles responsables du mouvement de l’oeil);
  • la vision périphérique (la capacité de discerner des objets aux limites du champ visuel).

Mais malgré la complexité de la “vision” dans le sport, les athlètes subissent en général les mêmes examens de la vue que les individus sédentaires, s’ils prennent la peine de passer un examen.

L’étendue du problème.

Les entraîneurs remarquent facilement une athlète qui boîte, dont le bras ou le dos sont blessés, mais très peu d’entraîneurs peuvent reconnaître un athlète qui souffre ‘visuellement”.

Des études récentes ont démontré que beaucoup plus d’athlètes souffrent de faiblesses de la vue qu’on ne se l’imagine. Des recherches préliminaires menées sur des athlètes de calibre olympique au Centre d’entraînement Olympique des États-Unis ont indiqué, par exemple, que 35 pour cent des sujets avaient besoin de lentilles correctrices. Soixante pour cent de ces espoirs olympiques devraient améliorer leur coordination main-oeil, comprenant les facteurs vitesse et précision des réactions main-oeil.

Une étude de joueurs professionnels de football, basketball et baseball concluait que 20 pour cent des sujets n’avaient pas réussi un test élémentaire de la vue.

On doit également noter qu’à cause de l’auto-sélection au niveau de l’élite sportive, les victimes de déficiences visuelles graves ont sans doute été éliminées en cours de route. Le problème est donc vraisemblablement plus grave au niveau secondaire: une analyse de 5000 athlètes du niveau secondaire, dont 50 pour cent n’avaient jamais auparavant subi un examen de la vue, indiqua que 26 pour cent des sujets ne correspondaient pas aux normes minimales pour un permis de conduire.

Les résultats de ce genre d’études ne dévoilent que la pointe d’un immense iceberg. Il n’y a eu jusqu’à présent que très peu de tentatives pour déterminer les niveaux de déséquilibre musculaire, de manque de perception de la profondeur de champ ou de faiblesses de la vision périphérique chez les athlètes. Même ceux qui bénéficient d’une vision de 20/20 peuvent avoir des déficiences dans les autres domaines visuels. Il est donc vraisemblable que non seulement plusieurs athlètes n’atteignent pas leur potentiel, mais aussi qu’ils compromettent leur sécurité à cause d’une vision défectueuse.

Le conditionnement visuel

Un entraînement de la vue conditionne les yeux, tout comme l’entraînement physique conditionne le corps. Tout comme le conditionnement physique, le conditionnement visuel exige un entraînement général et des exercices spécifiques au sport afin de promouvoir le développement de la capacité visuelle.

On peut par exemple améliorer jusqu’à 30 pour cent la vision périphérique, élément de succès très important dans le sport, grâce à des exercices spécifiques au sport.

Un exemple pratique pour plusieurs sports serait un exercice de passes où les athlètes, en groupes de trois ou quatre, regardent un partenaire et passent à un autre. On doit changer les angles de façon systématique. Il est possible de concevoir un grand nombre d’exercices spécifiques pour mettre en valeur la vision périphérique.

Voici un exemple d’exercice général pour améliorer la vision périphérique de tous athlètes: tenir une règle à l’extrémité de laquelle on a collé une lettre à longueur de bras et au niveau des yeux. Sans bouger la tête, fermer un oeil et regarder droit devant de l’autre oeil. Déplacer la règle d’un côté aussi loin que possible et suivre la lettre à son extrémité sans bouger l’oeil ou la tête. Répéter avec l’autre oeil. A faire cinq fois par jour.

La détection des handicaps visuels

Les athlètes qui trébuchent de façon répétée, échappent leur équipement, ratent leurs marques de départ ou commettent d’autres erreurs souffrent peut-être d’une déficience visuelle. Les athlètes qui:

  • louchent, ferment un oeil pour mieux voir ou avancent la tête lorsqu’ils regardent un objet un loin;
  • se frottent constamment les yeux, souffrent de maux de tête fréquents, clignent souvent des yeux ou souffrent de larmoiement excessif ou de rougeur des yeux lorsqu’ils doivent se concentrer visuellement;
  • visent régulièrement à droite ou à gauche des buts, du panier ou de la cible;
  • offrent une faible performance sous tension ou après une longue période de compétition;
  • sont irréguliers dans leurs performances ou n’atteignent jamais leur potentiel;
  • ont une performance régulièrement inférieure la nuit, sous un éclairage artificiel;

pourraient très bien souffrir d’une déficience visuelle. Si un athlète fait preuve d’une des caractéristiques ci-haut, il lui est recommandé de consulter un optométriste.

Conclusion

Nombre d’athlètes ne se rendent pas compte qu’ils souffrent peut-être d’une vue affaiblie. Les changements dans la vision se produisent de façon graduelle et généralement subtile. On peut détecter les handicaps visuels chez les athlètes et les corriger thérapeutiquement.

L’optométrie sportive est une addition relativement récente et très importante à l’éventail de la médecine sportive. Les entraîneurs connaissent généralement les méthodes d’identification, d’entraînement et de développement des athlètes, mais on a souvent négligé les besoins visuels spécifiques de ces mêmes athlètes. On ne connaît pas le nombre d’athlètes qui, malgré une vue à 20/20, n’arrivent pas à atteindre leur potentiel pour des raisons qui auraient pu être identifiées grâce à un examen complet de la vue, et corrigées par un programme de thérapie visuelle, mais il est sans doute élevé. Comme on dit au baseball: Il est impossible de frapper ce qu’on ne voit pas.

Robert Neil est un spécialiste en sports de l’Association Canadienne des Entraîneurs.