Jumper’s wins span quarter century

Looking back

by Tom West

Jumper Jim Elder continues to compete for Canada at the international level.
Jim Elder poursuit le saut d’obstacles de compétition au niveau international.

In Toronto’s Lawrence Park area during the 1930s and 40s, the countryside was still fairly open. Only the estates of the wealthy marked the first advance of today’s urban sprawl. It was here that the 10-year-old Jim Elder first became acquainted with horses.

Although his father could afford to buy him a horse, the young Elder had to make the most of budget-priced animals.

“You had to make do with what you had,” he says. “My father wasn’t about to buy an expensive horse just for me to ride around.”

By the age of 14, Elder realized that his interest in horses was a serious one. Even then he was well on his way to becoming an equestrian and, thanks to his father’s insistence on inexpensive horses, a master at turning cheap horseflesh into champions. As the Toronto Star’s Frank Orr wrote of him in the mid-1970s:

“Elder’s speciality always has been the rescue of equine lost causes. Countless times in his 20-year career at the top level, he’s choreographed winning performances in major events from plugs with one foot in the dog food factory.”

Today, on his farm near Aurora, Ontario, Elder is kept fully occupied managing the family refrigeration business, but he retains his keen interest in the special challenge of turning horses into champions.

There is so much, he says, that can go wrong where horses are concerned. A promising young horse may later prove to be incapable of clearing the six foot fences demanded of Grand Prix events. He may have suffered an injury during transport or while waiting in his stall the night before the event. Or he may become distracted by the flags or the crowd in the stadium. Says Elder, “That’s the challenge — trying to get the horse to jump right and to concentrate— both yourself and him.”

It is this challenge which has fascinated Canadian horsemen even in the time of the earliest settlements. Then, the military garrisons brought their horses with them to their remote overseas postings. As recently as the start of the 20th century, the records are filled with accounts of military steeplechasing. In fact, this traditional association of the military with the art of jumping a horse cleanly and quickly over a set course was so strong that even in the late 1940s, Canada was represented in international competitions by military teams.

By 1952 and the Helsinki Olympics, times had changed and the Three Day Event team representing Canada was composed of civilians. Although they did not win a medal, the team’s showing was respectable compared to that of more experienced teams.

At the 1956 Olympic Games in Stockholm, Canada’s Three Day Event team included the young Jim Elder, who was described by some as “jump crazy”. The team’s efforts were rewarded with the bronze medal. Elder recalls that first Olympic medal with fondness and says “we were like country boys. Nobody gave us a damn chance.”

For Elder it was the start of a long career which has seen him miss only one important international event willingly — the 1979 Pan American Games — and that because he didn’t have horses good enough for the team.

The Olympic bronze medal was followed by gold at the 1959 Pan American Games in Chicago and a similar result at the 1960 Rome Olympics was expected.

Instead, Rome was a disaster, and not just for the Canadians. The cross country phase of the competition was made extremely hazardous by poor planning and equally poor construction. The area, says Elder, was “like a battlefield, with ambulance sirens screaming, helicopters overhead, and horses and riders falling in every direction. The anchor man for the eventual gold medal team from Australia completed the last two jumps in a semi-conscious state, suffering from a broken collar bone.”

Canada did not send an equestrian team to the 1964 Tokyo Olympics, deeming the distance too great to warrant the expense of shipping the horses. Elder’s next international victory was a bronze medal in stadium jumping at the Winnipeg Pan American Games in 1967.

By the 1968 Olympic Games in Mexico, Elder was joined on the jumping team by Tom Gayford and Jim Day. Their competition was scheduled for the last day of the Games. Not much was expected of them. Several Canadian officials had, in fact, already returned home. The mood was generally despondent since no Canadian athlete had won a gold medal.

It was a long, hot afternoon with both riders and horses facing a difficult 17-jump course. Largely due to an outstanding ride by Elder aboard The Immigrant, Canada stood second to Great Britain at the end of the first round. As the day wore on, many teams were eliminated or dropped out, including the British. It gradually became clear that Canada’s lead could not be overcome. The equestrians, in true eleventh-hour style, had saved the Canadian Olympic team from being shut out of the gold medals.

Although many regarded the victory as a fluke, the three jumpers proved their mettle by winning the North American  Grand Prix Jumping Championship in 1969 and adding the World Championship in 1970.

When Canadian equestrians won the prestigious Nations Cup in Rotterdam in 1980, Elder was still on the team. Because of the Olympic boycott, this event was regarded as the big competition of the year. What made the victory particularly sweet, says Elder, was the fact that neither he nor the rest of the team — Mark Laskin, Ian Millar and Michel Vaillancourt — had their really good horses with them. Each simply outrode the competition.

Elder does not spend much time talking about himself. Conversation focusses on horses and his face brightens when he’s asked about his favourites. His list naturally includes The Immigrant, a real crowd pleaser which loved to buck between jumps, and which was once called “the Eddie Shack of the equine set” by a Toronto sports columnist.

Another favourite was Pieces of Eight, a spooky, ugly mustang and former rodeo bucking horse. A third was O’Malley, a horse Elder bought for $300 and which once, at a show, not satisfied with completing the course, cleared a snow fence and jumped between two parked cars before he was reined in.

Despite his many medals and years of competition, Elder has no intentions of retiring. The challenge of preparing himself and bringing along his horses still interests him. There is also a certain satisfaction.

“You know,” he says, “you take Ronnie Turcotte, or Ron Waples, Hervé Filion and all the rest — Canadians, percentage-wise, have done well with their horses. Look at E.P. Taylor with Northern Dancer, You would have thought an American would be the most influential breeder — not a Canadian!”

It is clear that Elder takes pride in Canada’s international success in all facets of the equestrian world. His own impressive record and continuing participation are a key element in the fine Canadian reputation.

Tom West is the curator of Canada’s Sports Hall of Fame.

25 ans sur les obstacles

Il était une fois

par Tom West

Au cours des années ’30 et ’40, c’était encore la campagne autour du Parc Lawrence, à Toronto. Seules quelques riches propriétés témoignaient des premières indications du développement urbain d’aujourd’hui. Et c’est là qu’un jeune garçon de 10 ans, Jim Elder, fit connaissance avec les chevaux pour la première fois.

Bien que son père ait très bien pu se permettre de lui acheter un cheval, le jeune Elder dut faire son possible avec des montures à bas prix.

“Il fallait faire de mon mieux avec ce que j’avais,” dit-il. “Mon père n’avait nullement l’intention d’acheter un cheval très cher pour mes promenades aux alentours.”

Vers l’âge de 14 ans, Elder dut reconnaître que son intérêt pour les chevaux était plus que passenger. Il était déjà en bonne voie de devenir un cavalier émérite et, grâce à la prédilection de son père pour les bêtes peu chères, il excellait à produire des champions à partir de chevaux bon marché. Vers le milieu des années ’70, Frank Orr du Toronto Star écrivait:

‘‘La spécialité d’Elder a toujours été le sauvetage des causes chevalines désespérées. Combien de fois au cours de ses vingt ans de carrière au niveau de l’élite n ’a-t-il pas orchestré des performances de champion à des compétitions importantes et ce, avec des rosses dignes de la fabrique de viande à chiens. ”

Aujourd’hui, Elder passe la majeure partie de son temps à la gestion de l’affaire familiale de réfrigération depuis sa ferme près d’Aurora (Ontario). Mais il a conservé un vif intérêt pour le défi très spécial que lui offre la préparation de champions.

Il y a tellement de choses qui peuvent mal tourner en ce qui touche les chevaux, dit-il. Un jeune cheval prometteur peut très bien plus tard se prouver incapable de passer les barrières de six pieds d’une épreuve de Grand Prix. Il peut subir une blessure pendant le transport ou dans son box au cours de la nuit avant une compétition. Ou il peut se laisser distraire par les drapeaux et la foule dans le stade. Et selon Elder: “Là est le défi, de pousser le cheval à bien sauter et de se concentrer, lui et vous.”

C’est ce défi qui a fasciné les cavaliers canadiens depuis les premiers temps de la colonisation. À cette époque, les garnisons militaires emmenaient leurs montures avec elles vers ces postes lointains d’outremer. Et même aux débuts du XXe siècle, les annales regorgent de récits de steeple-chases militaires. En fait, cette association traditionnelle des militaires et de l’art du saut précis et rapide pour un parcours donné était tellement forte que même à la fin des années 1940, des équipes militaires représentaient le Canada en compétition internationale.

Mais en 1952, les temps avaient changé au moment des Olympiques d’Helsinki et l’équipe représentant le Canada au Concours Complet était composée de civils. Ils ne remportèrent aucune médaille, mais offrirent une performance respectable face à des équipes beaucoup plus expérimentées.

Aux Jeux Olympiques 1956 à Stockholm, l’équipe canadienne de concours complet comptait le jeune Jim Elder, que plusieurs décrivaient comme un “maniaque du saut”. Une médaille de bronze récompensa les efforts de l’équipe. C’est avec émotion qu’Elder se rappelle sa première médaille olympique et il commente: “nous étions comme de jeunes campagnards. Personne ne croyait que nous avions la moindre chance.”

Ce fut pour Elder le début d’une longue carrière au cours de laquelle il ne s’est abstenu volontairement que d’une seule épreuve internationale importante, les Jeux panaméricains 1979, parce qu’il n’avait pas de montures suffisamment bonnes pour l’équipe.

La médaille de bronze olympique fut suivie par une médaille d’or aux Jeux Panaméricains 1959 à Chicago, et on s’attendait à un résultat similaire aux Jeux Olympiques de Rome en 1960.

Mais ce fut le désastre à Rome, et pas seulement pour les Canadiens. Le parcours de cross-country de la compétition était particulièrement périlleux à cause d’une mauvaise planification et d’une construction tout aussi mauvaise. L’endroit, dit Elder, était “comme un champ de bataille, avec le cri strident des sirènes d’ambulance, des hélicoptères qui nous survolaient, et les chevaux et cavaliers qui tombaient partout. Le capitaine de l’équipe australienne, qui remporta éventuellement la médaille d’or, était à demi conscient pour ses deux derniers sauts, qu’il compléta avec une clavicule fracturée.”

Le Canada n’envoya pas d’équipe équestre aux Olympiques de Tokyo en 1964, jugeant la distance trop grande pour justifier les coûts de transport des chevaux. La prochaine victoire internationale d’Elder fut une médaille de bronze en saut aux Jeux panaméricains de Winnipeg en 1967.

Pour les Jeux olympiques 1968 à Mexico, Torn Gayford et Jim Day complétèrent l’équipe de saut avec Elder. Lem compétition devait avoir lieu le dernier jour des Jeux. On n’espérait pas beaucoup d’eux. En fait, plusieurs officiels canadiens étaient déjà rentrés au pays. L’atmosphère était au désespoir car aucun athlète canadien n’avait remporté de médaille d’or.

L’après-midi s’annonçait long et chaud, et cavaliers et montures devaient faire face à un difficile parcours de 17 obstacles. Après le premier tour, le Canada se classait second derrière la Grande-Bretagne, surtout grâce à une performance exceptionnelle d’Elder sur The Immigrant. Au cours de la journée, plusieurs équipes furent éliminées ou abandonnèrent, y compris les Britanniques. Il devenait de plus en plus évident que l’avance de l’équipe canadienne était insurmontable. L’équipe équestre, dans le plus pur style de la onzième heure, avaient épargné à l’équipe olympique canadienne l’élimination du compte des médailles d’or.

Bien que plusieurs considérèrent cette victoire comme un coup de chance, les trois sauteurs firent leurs preuves en remportant les Championnats Nord-Américains de Saut Grand Prix en 1969, et les Championnats du Monde en 1970.

Jim Elder faisait encore partie de l’équipe équestre lorsqu’ elle remporta la prestigieuse Coupe des Nations à Rotterdam en 1980. À cause du boycottage olympique, cette épreuve était considérée comme LA compétition de l’année. Et le fait que ni lui, ni le reste de l’équipe composée de Mark Laskin, Ian Millar et Michel Vaillancourt n’avaient leurs meilleures montures avec eux donna une saveur particulièrement agréable à la victoire. Chacun d’entre eux domina tout simplement ses adversaires.

Elder parle très peu de luimême. Ses conversations se concentrent sur les chevaux et son visage s’illumine lorsqu’on le questionne sur ses préférés. Il mentionne évidemment The Immigrant, très populaire auprès des foules, qui adorait ruer entre chaque saut, et qu’un journaliste sportif de Toronto a déjà qualifié de “Eddie Shack du monde chevalin”.

Un autre de ses préférés était Pieces of Eight, un mustang particulièrement laid, ancien cheval de rodéo. Il nomme aussi O’Malley, une bête qu’Elder acheta pour $300 et qui lors d’un concours hippique, non content d’avoir terminé le parcours, sauta une barrière à neige et atterrit entre deux voitures stationnées avant d’être repris en main.

Malgré ses nombreuses médailles et ses années de compétition, Elder n’a nullement l’intention de se retirer. Le défi de la préparation de ses chevaux et de lui-même l’intéresse toujours. Et il existe encore une certaine satisfaction.

“Vous savez,” dit-il, “si vous prenez Ronnie Turcotte, ou Ron Waples, Hervé Filion et tous les autres, les Canadiens ont un bon pourcentage de succès avec les chevaux. Comme E.P. Taylor avec Northern Dancer. On pourrait croire qu’un Américain devrait être l’éleveur le plus influent, pas un Canadien!”

Il est évident qu’Elder est fier des succès internationaux du Canada dans tous les domaines du monde équestre. Son propre palmarès impressionnant et sa participation continue sont des éléments majeurs de l’excellente réputation canadienne.

Tom West est curateur du Temple de la Renommée des Sports du Canada.