Fraser report predicts open system

CTFA task force

by Greg Barr

A ‘showdown’ between the International Amateur Athletic Federation (IAAF) and an influential association of world-class track and field athletes is a distinct possibility, according to Hugh Fraser, chairman of a Canadian Track and Field Association (CTFA) task force looking into the question of amateurism vs professionalism in the sport.

Fraser, a former Canadian sprint champion who retired from active competition prior to the 1980 Olympic team trials, was appointed to the position by CTFA officials in February 1981. His interim report was submitted at the end of May.

Track and field task force chairman Hugh Fraser at work in his Ottawa law office.
Hugh Fraser, président du groupe de travail sur l’athlétisme, dans son cabinet d’Ottawa

“The purpose of the task force is to make sure that Canada will be prepared for the eventuality whereby track and field adopts an open system where athletes could be paid without being stripped of their right to compete,” says Fraser, who now has a law practice in Ottawa. “The other purpose is to protect the interests of Canadian athletes, so they don’t dive into such a situation without knowing the proper channels to follow.”

Over the past few months, Fraser has rung up quite a few phone bills and has made several trips to the United States to talk to amateur officials about the situation south of the border, as well as making inquiries in Britain regarding the European scene before drawing his conclusions.

“If I was to pick one thing that really surprised me while I was studying the situation,” says Fraser, “it was the Association of Track and Field Athletes (ATFA) in the United States. They are getting primed for a legal battle with the IAAF, and believe me, they are ready for it.”

Fraser says that ATFA, which wants to see separate governing bodies for professional and amateur track and field athletes, can be compared to the National Hockey League Players Association as far as clout is concerned. He believes that the IAAF should be willing to recognize the group and listen to what they have to say, although according to an IAAF report Fraser received earlier this year, the international body has chosen not to recognize ATFA at present. He feels, however, that this situation could change at the IAAF meetings scheduled for Rome in September.

Former US long jumper Henry Hines is executive director of ATFA, while miler Craig Masback is president of the one-year- old association.

“They’ve already had their own US Open meet and are lining up other competitions,” says Fraser. “Apparently they have a membership of 300 world class athletes — I’m not sure whether any Canadians have joined.” He adds that ATFA has lawyers ready and a big marketing company on board to get sponsors for their races.

“In that regard, they have a head start on us (Canada),” says Fraser, who anticipates that ATFA will defy the IAAF and stage their own competitions if the IAAF chooses to ignore them. “They’re not a bunch of hot-heads,” he adds. “They’ve got everything well thought out.”

As he applauds ATFA, Fraser says he is very disappointed in the attitude the IAAF displayed in its recent report on the state of international track and field.

“The IAAF still doesn’t admit that what is happening in the 1980s is real,” he says. “They still refuse to condone appearance fees for athletes which go under-the-table and reject the idea of the athletes forming their own association. They’re not acting in good faith.”

His findings enabled Fraser to make three major recommendations for CTFA for the next phase of the task force mandate.

The first recommendation said that CTFA should make a separate representation to the IAAF and take the initiative to propose major changes in favour of the open track and field concept. Secondly, Fraser recommends that the task force now go to Canada’s elite athletes and coaches for their comments and suggestions on how to cope with an open system. The third recommendation suggests that Canada should establish its own Grand Prix track and field circuit, using a points system to declare overall winners as is the case in tennis and motor racing, and aimed at attracting major sponsors.

“If I could wave a magic wand,” says Fraser, “and come up with the best solution to deal with the question of the so-called under-the-table payments which supposedly take place at track meets, I would implement a system of direct payments to athletes and eliminate the eligibility rules. The choice should be left to the athlete whether he or she wants to be a professional or an amateur. To penalize someone for wanting to make sport their livelihood is archaic.”

One of the reasons for the creation of the task force was the great proliferation of road races in North America which created bidding wars between race directors trying to contact the elite runners.

Although Fraser does not disagree with the idea of payment for their services, he suggests the system would work better if more than the “cream of the crop” were rewarded for their efforts.

“Sponsors should take care of more than the elite athletes who travel the circuits and take in appearance money,” he says. “When these athletes get older and retire, the sport will become choked-off. It’s very shortsighted because there is no encouragement for the athletes near the top of the heap.”

Fraser says that a marketable athlete should be allowed to endorse products (skiing is one sport where the practice is allowed) without having to donate any of their money to their sport association. However, he adds that in Canada, the system whereby amateur track and field athletes have their money placed into a trust fund from which to draw expenses is quite an improvement over the system employed by the US-based American Congress (formerly AAU), which dictates to the athletes exactly who can or cannot sponsor them and takes a huge cut of the money for the association’s use.

“I sure don’t think Bjorn Borg has to dole out money to a tennis association — just to his agent,” says Fraser.

Should the ATFA be forced to confront the IAAF later this year and create the ultimate showdown over the amateur/professional question, Fraser says anything is possible.

“I would like to see Canada’s track and field athletes form their own association, or become a branch of ATFA,” he says. “I know ATFA would prefer it if the IAAF made the necessary changes to their old-fashioned policies to avoid the conflict. If the IAAF doesn’t wake up, they might end up with no elite athletes to govern, which could leave the Olympics in a bit of a mess.”

Fraser says the future for the sport could include the creation of big-money international meets along the lines of the Canada Cup hockey tournaments.

“If you want to attract the really big sponsors,” he says, “that is the route to go. And you can be sure the Communist countries would be interested in the cash benefits of such a scheme — such as they now enjoy through the Canada Cup. Once the door is open to competitions like that, the spin-offs will keep coming.

Ouverture du système sportif

Rapport Fraser

par Greg Barr

Selon Hugh Fraser, président du groupe de travail créé par l’Association Canadienne d’Athlétisme (ACA) pour analyser la question de l’amateurisme face au professionnalisme dans le sport, une “confrontation”’ entre la Fédération Internationale d’Athlétisme Amateur (FIAA) et une association influente d’athlètes de classe mondiale pourrait très bien se produire.

Fraser, ancien champion canadien de sprint qui s’est retiré de la compétition active avant les éliminatoires olympiques de 1980, fut nommé à ce poste par les responsables de Î’ACA en février 1981. Il présenta un rapport intérimaire à la fin mai.

“La raison d’être du groupe de travail est de s’assurer que le Canada sera prêt, si l’athlétisme adopte un système ouvert où les athlètes peuvent être rémunérés sans perdre leur droit de faire de la compétition,” explique Fraser, maintenant avocat à Ottawa. “Un autre but est de préserver les intérêts des athlètes canadiens, afin qu’ils ne plongent pas dans des situations sans connaître la route à suivre.”

Au cours des derniers mois, Fraser a fait de nombreux appels téléphoniques et plusieurs voyages aux États-Unis afin de discuter avec les officiels amateurs de la situation chez nos voisins du Sud. Avant de tirer ses conclusions, il s’est également renseigné en Grande-Bretagne sur la situation européenne.

“Si l’on me demandait de dire ce qui m’a le plus surpris au cours de mon analyse de la situation,” affirme Fraser, “ce fut l’Association of Track and Field Athletes aux États-Unis. Ils se préparent à une bataille légale avec la FIAA et, croyezmoi, ils sont prêts à la mener.”

Selon Fraser, l’ATFA, qui préconise des associations séparées pour les athlètes amateurs et professionnels, peut être comparée à l’Association des Joueurs de la Ligue Nationale de Hockey sur le plan de l’influence. Il croit que la FIAA devrait accepter de reconnaître le groupe et écouter ses commentaires. Mais, selon un rapport de la FIAA que Fraser a reçu au début de l’année, la Fédération internationale a décidé de ne pas reconnaître l’ATFA pour l’instant. Mais il croit que la situation pourrait bien changer lors des réunions de la FIAA à Rome au mois de septembre.

Le directeur exécutif de l’ATFA est l’ancien sauteur en longueur américain Henry Hines, alors que la présidence de l’association vieille d’un an est assurée par Craig Masback, coureur du mille.

“Ils ont déjà organisé leur propre rencontre (US Open) et préparent d’autres compétitions,” poursuit Fraser. “Apparemment, ils compteraient 300 membres parmi les athlètes de classe mondiale. Je ne suis pas certain que des Canadiens en fassent partie.” Il ajoute que les avocats de l’ATFA sont prêts et qu’une importante firme de marketing est disposée à recruter les commanditaires nécessaires pour leurs compétitions.

“Sur ce plan, ils ont de l’avance sur nous (le Canada),” dit Fraser qui prévoit que l’ATFA défiera la FIAA si elle décide de l’ignorer, et qu’elle organisera ses propres compétitions. “Ce ne sont pas des fanatiques,” ajoute- t-il. “Ils ont bien pensé à tout, de façon réfléchie.”

Tout en applaudissant les efforts de l’ATFA, Fraser s’avoue très déçu de la position de la FIAA dans le récent rapport sur la situation de l’athlétisme à l’échelle internationale.

“La FIAA ne reconnaît pas la réalité des années 1980,” explique-t-il. “Elle refuse toujours de pardonner les honoraires de participation payés sous la table aux athlètes et elle rejette le concept d’une association des athlètes. Elle n’agit pas de bonne foi.”

Ses conclusions permirent à Fraser de faire trois recommandations majeures à l’ACA concernant la seconde phase du mandat du groupe de travail.

Selon la première recommandation, l’ACA devrait soumettre une proposition séparée à la FIAA et prendre l’initiative de suggérer des changements majeurs favorisant un concept plus ouvert en athlétisme. Deuxièmement, Fraser recommande que le groupe de travail obtienne les commentaires et suggestions des meilleurs athlètes et entraîneurs canadiens sur la façon de faire face à un système ouvert. La troisième recommandation suggère la création au Canada d’un circuit Grand Prix d’athlétisme où un système de points déterminerait les gagnants au classement général, comme au tennis et en course automobile, ce qui permettrait d’attirer des commanditaires importants.

“Si je pouvais agiter une baguette magique,” ajoute Fraser, “et trouver la meilleure solution au problème des soitdisant paiements sous la table faits lors des rencontres d’athlétisme, je créerais un système de paiement direct aux athlètes et j’éliminerais la règle d’admissibilité. L’athlète devrait pouvoir choisir entre un statut d’amateur et de professionnel. Il est archaïque de vouloir pénaliser quelqu’un qui veut gagner sa vie dans le sport.”

Le groupe de travail fut créé partiellement à cause de la prolifération de courses de circuit en Amérique du Nord, résultant en une guerre de soumissions de la part des directeurs de rencontres essayant de s’assurer la présence des meilleurs coureurs.

Fraser ne s’oppose pas au concept de la rémunération, mais il croit que le système fonctionnerait mieux si des athlètes autres que “la crème” recevaient une compensation pour leurs efforts.

“Les commanditaires ne devraient pas s’occuper uniquement des athlètes d’élite qui font le circuit et reçoivent des honoraires,” commente-t-il. “Lorsque ces athlètes arriveront à l’âge de la retraite, le sport s’étouffera de lui-même. C’est une action à très court terme car elle n’offre aucun encouragement aux athlètes tout près du sommet.”

Selon Fraser, on devrait permettre à un athlète bien en vue de prêter son nom à certains produits (le ski est un sport où l’on permet cette pratique) sans devoir remettre une partie de l’argent à son association sportive. Il ajoute qu’au Canada toutefois, le système selon lequel l’argent des athlètes amateurs en athlétisme est placé dans un fonds en fidéi-commis permettant d’assurer certaines dépenses est vraiment en avance sur le système utilisé par le Congrès américain (anciennement AAU). Ce système précise à l’athlète qui peut ou non le commanditer, et exige qu’une grosse part des sommes soit remise à l’association.

“Je doute fort que Bjorn Borg doive remettre de l’argent à une association de tennis . . . juste à son agent,” dit Fraser.

Selon lui, si l’ATFA se trouvait en situation de confrontation avec la FIAA dans quelques mois sur la question amateur/professionnel, Fraser croit que tout est possible.

“J’aimerais que les athlètes canadiens forment leur propre association, ou deviennent une division de l’ATFA,” poursuitil, “Je sais qu l’ATFA préférerait que la FIAA effectue les changements nécessaires à leurs politiques dépassées afin d’éviter le conflit. Si la FIAA ne se réveille pas, ils pourraient bien se retrouver sans athlètes d’élite à gouverner, ce qui créerait une impasse pour les Olympiques.”

Selon Fraser, l’avenir du sport pourrait comprendre la création de rencontres internationales à gros financement dans le genre des tournois de hockey de la Coupe Canada.

“Si vous voulez attirer les gros commanditaires,” explique-t-il, “c’est le seul moyen. Et vous pouvez être certain que les pays communistes seraient très intéressés par les avantages financiers d’un tel système . . . tout comme ils en profitent pour la Coupe Canada. Si on ouvre la porte à des compétitions du genre, les avantages suivront automatiquement.”