’20s and ’30s were the Golden Age

Women in sport in Canada

by David McDonald

Almost every young woman you talk to these days seems to be out jogging, pumping iron, or knocking various sized and shaped projectiles around big and small places, open and closed.

In the midst of the current fitness boom it’s easy to imagine that sporting progress runs in straight lines, that Canadians, and especially women, are gradually evolving from inert, sedentary creatures into a nation of athletes who are working harder, sweating more, and having more physical fun than ever before in our history.

In researching and writing For The Record, a book of biographical sketches of Canada’s top women athletes since the First War, it struck us that rather than a steady linear progression, what has actually occurred has been a somewhat cyclical phenomenon.

Thus we have a period from 1920 or so, through the Great Depression, and right up to the outbreak of World War II, that might well be called the Golden Age of women’s sport in Canada.

Dark age

The Golden Age was followed by a Dark Age (as Golden Ages inevitably are), from which Canadian women did not really begin to emerge until the late 1960s.

This Dark Age came about as a perhaps unavoidable consequence of the Second World War.

And following the War the national psyche demanded a different kind of woman than had begun to emerge in the years between the Wars. The housewife and mother role prescribed for women in the post-World War II period was, it seems, a natural reaction for a society that wished to integrate a large number of men back into its workforce and also to make up for its human losses by replenishing its population.

Keepers of the flame

On the whole, Canada’s international sporting performances tailed off badly in the 1940s and 1950s. There were exceptions of course: great individual talents who would have excelled in any era, women such as Barbara Ann Scott, Marilyn Bell, and Lucile Wheeler.

Perhaps though it was gymnast Ernestine Russell who best personified the era. Russell was a one-woman national team in the mid- to late 1950s and the first Canadian woman to compete in gymnastics at the Olympics (1956, 1960).

Despite never having ranked highly in the world, Russell was awarded the Velma Springstead Trophy as the country’s female athlete of the year a record three times (1955-57). This is not to diminish Russell’s considerable, pioneering accomplishments. It is merely intended to illustrate the perilous lack of depth in women’s sport during the Dark Age.

Eventually, around the late 1960s, spurred by such factors as expanding options for women and government financial assistance to sport, Canadian women again began to emerge from their athletic doldrums.

New stars

The new age — whether or not it qualifies as a second Golden Age we’ll leave for future observers to decide — saw Canadian women capture world titles in an unprecedented number of activities: among them, Susan Nattrass in trap shooting, Helen Vanderburg in synchronized swimming, Sylvia Burka in speed skating, Pat Messner in water skiing, Cathy Townsend in bowling, and Lucille Lessard in archery.

My point is simply that while Canadian women have excelled athletically in the past decade or so, it certainly has not been an unprecedented period of success.

Because of the relative mediocrity of the sporting performances of Canadian women between 1940 and Centennial Year, we tend to neglect the achievements of our athletic stars of the 1920s and 1930s and the environment that spawned and supported them.

The Golden Age

The First World War broke down many of the barriers women had faced in joining the mainstream of Canadian life, just as the end of the Second World War erected new ones. Thousands of young women filled office and factory jobs and took up what had always been considered male occupations.

They also took to the playing fields and arenas of the country. Women competed at a high level in almost every conceivable sport, including some — hockey, lacrosse, cricket — which even today are generally considered male preserves.

All-rounders

On today’s highly demanding international sporting scene specialization is not only a fashion, it’s a necessity. In the 1920s and ‘30s, however, many athletes enjoyed outstanding success in a number of sports simultaneously. The Golden Age was the age of the all-round athlete.

For instance, the only three Canadian women in history to have won two Olympic track and field medals — Bobbie Rosenfeld and Ethel Smith in 1928 and Hilda Strike in 1932 — were proficient at a wide range of sports.

Rosenfeld, selected Canada’s outstanding woman athlete of the half-century, competed in seven track and field disciplines, won tennis titles, and starred in basketball and softball. Her favourite sport? Hockey.

Smith was a very good basketball and softball player and Strike excelled at everything from swimming to skating to badminton.

Other stars of the era had similarly eclectic sporting tastes. Golfer Ada MacKenzie, whose career on the links spanned six decades, played, among other sports, lacrosse and cricket, and, in 1926, she won the “waltzing” title at the Canadian figure skating championships.

And there was Dorothy Walton, who on her first attempt at the title at the age of 31, won the All-England Badminton Championships (equivalent to a world crown) in 1939. While a student at the University of Saskatchewan, Walton had been a member of no fewer than 14 intercollegiate teams in sports as diverse as field hockey and diving. In the early 1930s Walton took a few years off to raise a family and then came back to become one of the premiere tennis players in Canada and then the finest badminton player in the world.

Durable records

Canadian women athletes of the Golden Age seemed to hold a disproportionate number of world records in a wide variety of sports.

One of the most remarkable was a record of 61 consecutive free throws made by Maggie MacBurney of the legendary Edmonton Grads basketball team. MacBurney’s mark was a record for both men and women in the 1930s.

Despite their non-specialized approach to sport, the allrounders of the 1920s and ‘30s set standards of performance that were to remain in the record books for years. Ethel Catherwood’s 1.60 m high jump at the 1928 Olympic Trials stood as a Canadian record until 1954, and many of Bobbie Rosenfeld’s marks were also unsurpassed until the 1950s.

Matchless Six and more

Canada was a major force in women’s sport in the 1920s and ‘30s. For instance, our most successful Olympic track and field squad ever was the “Matchless Six” women’s team that competed in Amsterdam in 1928, the first year women were allowed to compete in the “strenuous disciplines” at the Games.

Myrtle Cook

Myrtle Cook anchored Canada’s 4 x 100 m relay team to a gold medal at the 1928 Olympic Games.
Myrtle Cook aida l’équipe canadienne du relais 4 x 100 m à remporter la médaille d’oraux Jeux Olympiques de 1928.

In 1928 there were three track and two field events and the Canadian team came home with two gold medals, a silver, and a bronze. In the unofficial points standings the six Canadian women accumulated 34 points, compared to the 28 gathered by a 20-woman U.S. team. A 19-woman German team was third.

Canada’s all-time Olympic medal totals too, would undoubtedly be much greater but for the fact that women’s sport was slowly and only grudingly accepted at the international level.

Behind the scenes in Amsterdam, for instance, Olympic officials were hotly debating the inclusion of women in track and field. The opposition found some powerful spokesmen in the likes of Pope Pius XI and Baron Pierre de Coubertin, the founder of the modern Olympic movement.

Even the Canadian medical unit at the Games spoke out against participation by women on the grounds that such activity might prove harmful to the female reproductive system. These quaint views, however, were largely derided by the newspapers back home and, most eloquently, by the achievements of the Canadian women on the track.

After 1928, a compromise of sorts was reached. Women continued to compete in track and field but the 800 m event was dropped until the 1960 Olympics. The longest women’s track event in the 32-year period between Amsterdam and Rome was the 200 m.

Other sports in which Canadian women excelled had even more difficulty being accepted on the international scene. In speed skating in the 1920s and ‘30s three of the best — Lela Brooks, Jean Wilson, and Hattie Donaldson — were Canadians. Brooks was the best of them all. She set six world records in 1925 and won several world indoor and outdoor championships between 1926 and 1935. The Canadian trio performed below par at the Lake Placid Olympics in 1932, picking up a first and a second and two world records— but no medals: women’s speed skating in 1932 was merely a demonstration event and did not, in fact, become an official Olympic event until Squaw Valley in 1960.

In basketball, the second-class international status of women’s sport cost Canada at least four Olympic gold medals. Between the Wars, the legendary Edmonton Grads dominated women’s basketball more convincingly than any other team has ever dominated any sport.

From 1915 until they disbanded in 1941, the Grads reportedly won 502 games and lost 20, a record which included a 147-game winning streak and a 7-2 exhibition record against men’s teams. The Grads participated in four Olympic-related tournaments between 1924 and 1936 and never lost a game. Yet despite the popularity and peerless proficiency of the Grads, women’s basketball did not debut as an Olympic sport until 1976.

Despite limited opportunities for Canadian women on the international sporting scene, support at home was enthusiastic.

Almost 5000 fans turned out to watch the Canadian women’s track and field championships and Olympic Trials in Halifax in 1928. The Edmonton Grads were largely self-sufficient based on their popularity at the box office; a 1930 Underwood Trophy (tantamount to a world championship) match in Edmonton drew, not unexpectedly, 6792 spectators. When the 1928 women’s Olympic team returned to Toronto a reported 200,000 people jammed Union Station and adjacent Fleet Street. Another 100,000 lined a parade route through downtown Toronto.

Generous patrons

In the 1920s and ‘30s women athletes were often able to find ready corporate and individual sponsors to support their training and competition.

Sprinter Ethel Smith began her career on a team supported by a local hydro commission in Toronto. Olympic teammate Bobbie Rosenfeld competed for the Patterson Athletic Club, which was funded by the chocolate company where she worked.

A number of other prominent athletes attracted the generous attention of private patrons. One of the most flamboyant of these was Toronto mining millionaire and former pro hockey player Teddy Oke. Oke sponsored the likes of Lela Brooks and 1928 Olympic gold medal high jumper Ethel Catherwood.

Oke brought Catherwood and her sister to Toronto from Saskatchewan, sent the young women to business college, found jobs for them in his brokerage firm (already wall-to-wall with amateur athletes), and hired one of track and field’s outstanding coaches, Walter Knox, to prepare Catherwood for the Olympics.

Jock talk

Part of the interest in women’s sport in the 1920s and ‘30s undoubtedly sprang from the enthusiastic coverage it received from the sports journalists of the day. This was especially the case when a number of prominent figures in women’s sport began writing for some of the country’s major newspapers.

Alexandrine Gibb, the “chaperone” of the 1928 Olympic team, was a popular columnist and two of her prize athletes, Myrtle Cook and Bobbie Rosenfeld, went on to write for the Montreal Star and the Toronto Globe & Mail respectively. Rosenfeld’s “Sports Reel” column ran for more than 30 years.

Coaches and clubs

When women weren’t competing or writing about sport, they were often found coaching other women or starting athletic clubs of their own. Myrtle Cook started the Canadian Ladies’ Athletic Club in Montréal in the late 1920s where she “discovered” athletes of the quality of Hilda Strike. In 1932, Bobbie Rosenfeld coached the women’s track and field team at the British Empire Games in London. Golfer Ada MacKenzie launched, virtually single-handedly, the first golf facility in the world exclusively for women, the Ladies’ Golf and Tennis Club of Toronto.

The natural thing

In 1956, nine-year-old Abby Hoffman of Toronto, who went on to represent Canada at four Olympics as a runner, created nation-wide headlines when it was discovered she was playing in a minor hockey league disguised as a boy. In the Golden Age, it’s unlikely Hoffman’s subterfuge would have been necessary.

Lela Brooks, for instance, became the first female member of Toronto’s Old Orchard Skating Club in about 1921. There was no reaction one way or another, she recalled in 1979. “It just seemed like the natural thing to do.”

Canada’s first great woman swimmer Phyllis Dewar (four gold medals at the 1934 British Empire Games) swam on the boy’s team at school in Moose Jaw in the 1920s.

Says sprinter Hilda Strike of the Golden Age of Women’s Sport in Canada: “There weren’t really a lot of barriers for women in those days. We were just too busy to have problems like that.”

L’Age d’Or des années ’20 et ’30

Les femmes et le sport au Canada

par David McDonald

Presque toutes les jeunes femmes auxquelles vous parlez de nos jours semblent occupées à faire du jogging, à lever des poids, ou à frapper des projectiles de toutes formes et tailles dans des endroits grands et petits, ouverts ou fermés.

En cette heure de popularité de conditionnement physique, il est facile de s’imaginer que le sport progresse de façon linéaire, et que les Canadiens, les femmes plus précisément, évoluent graduellement de leur état de créatures sédentaires et inertes vers une nation d’athlètes qui travaillent plus fort, transpirent davantage, et s’amusent encore plus physiquement qu’à toute autre époque de notre histoire.

En faisant la recherche et en écrivant For The Record, un livre biographique sur les meilleures athlètes féminines du Canada depuis la Première Guerre, nous avons dû nous rendre à l’évidence que cette progression régulière était plutôt un phénomène cyclique.

Nous avons donc une période qui commence vers 1920, traverse la Grande Dépression et s’arrête aux débuts de la Deuxième Guerre Mondiale, que nous pouvons appeler l’Âge d’Or du sport féminin au Canada.

L’âge des ténèbres

L’Âge d’Or fut suivi d’un Âge des Ténèbres (comme le sont tous les Âges d’Or), duquel les femmes canadiennes n’émergèrent pas vraiment avant la fin des années ’60.

Cet Âge des Ténèbres fut sans doute l’une des conséquences inévitables de la Deuxième Guerre.

Après la Guerre, la mentalité nationale exigea un genre de femme différent de celui qui avait commencé à émerger pendant les années d’entre-Guerre. Les rôles de la femme au foyer et de la mère de famille imposés aux femmes de la période d’après-Guerre fut, semble-t-il, une réaction naturelle d’une société qui désirait reintégrer un grande nombre d’hommes au marché du travail, et compenser pour la perte de vies humaines par une revanche des berceaux.

Les Gardiennes de la Flamme

En général, les performances sportives canadiennes sur la scène internationale souffrirent énormément au cours des années ’40 et ’50. Il y eut évidemment des exceptions: certains talents exceptionnels, comme ceux de Barbara Ann Scott, Marilyn Bell et Lucile Wheeler, auraient percé à n’importe quelle époque.

Mais c’est probablement la gymnaste Ernestine Russell qui personnifie le mieux cette ère. Russell fut une équipe nationale à elle seule du milieu à la fin des années ’50, et la première femme canadienne à participer aux Olympiques en gymnastique (1956, 1960).

Sans jamais s’être classée parmi les meilleures au monde, Russell se mérita trois fois (1955-57) le Trophée Velma Springstead, à titre d’athlète féminine de l’année au Canada, un record qui tient toujours. Ce qui ne réduit en rien ses exploits impressionnants de pionnier. — Il s’agit tout simplement d’illustrer le dangereux manque de profondeur des rangs des athlètes féminines durant l’Âge des Ténèbres.

Eventuellement, vers la fin des années ’60, grâce à certains facteurs comme un plus grand choix pour les femmes et une aide financière gouvernementale pour le sport, les femmes canadiennes recommencèrent à sortir de leur cocon sportif.

De nouvelles étoiles

La nouvelle ère — nous laisserons aux futures générations le soin de déterminer si oui ou non elle se qualifie comme un second Âge d’Or — permet d’observer des Canadiennes capturant des titres mondiaux dans une variété d’activités jamais vu: parmi elles, Susan Nattrass au tir, Helen Vanderburg en nage synchronisée, Sylvia Burka en patinage de vitesse, Pat Messner en ski nautique, Cathy Townsend au bowling et Lucille Lessard au tir à l’arc.

Je tiens tout simplement à faire remarquer que même si nos Canadiennes ont excellé dans le monde du sport ces dix dernières années, il ne s’agit certainement pas d’une période de succès sans précédents.

À cause de la médiocrité relative des performances sportives chez les femmes canadiennes entre 1940 et l’Année du Centenaire, nous tendons à négliger les exploits de nos étoiles du sport des années ’20 et ’30, et des circonstances qui les ont créées et encouragées.

L’Âge d’Or

La Première Guerre Mondiale détruisit plusieurs des obstacles que durent surmonter les femmes pour s’intégrer au style de vie canadien, tout comme la Deuxième Guerre en érigea de nouveaux. Des milliers de jeunes femmes occupèrent des postes dans des bureaux ou manufactures et envahirent ce qui avait toujours été considéré comme le domaine des hommes.

Elles envahirent également les terrains de jeux et arènas à travers le pays. Les femmes participèrent à un haut niveau de compétition dans presque tous les sports imaginables, dont certains, comme le hockey, lacrosse et le cricket, qui même de nos jours, sont généralement considérés comme le domaine exclusif des hommes.

Des athlètes complètes

De nos jours, sur la très exigente scène sportive internationale, la spécialisation n’est pas seulement une mode, c’est une nécessité. Dans les années ’20 et ’30 toutefois, plusieurs athlètes enregistrèrent des succès impressionnants dans plusieurs sports à la fois. L’Âge d’Or fut l’ère de l’athlète complète.

Par exemple, les trois seules Canadiennes de toute l’histoire à remporter deux médailles olympiques en athlétisme, Bobbie Rosenfeld et Ethel Smith en 1928 et Hilda Strike en 1932, excellaient dans une gamme de sports.

Rosenfeld, nommée l’athlète féminine par excellence du demi-siècle au Canada, fit compétition dans sept disciplines d’athlétisme, remporta des titres au tennis, et fut une étoile de basketball et de softball. Son sport préféré? Le hockey.

Smith était une excellente joueuse de basketball et de softball, alors que Strike était exceptionnelle dans presque tout, de la natation au patinage au badminton.

D’autres étoiles de cette ère professaient des goûts sportifs tout aussi éclectiques. La golfeuse Ada Mackenzie dont la carrière s’étend sur six décennies pratiquait, entre autres, lacrosse et le cricket et en 1926, remporta le titre de “valse” aux championnats canadiens de patinage artistique.

Et il y eut Dorothy Walton qui, à son premier essai à l’âge de 31 ans, remporta le titre du Championnat de Badminton All-England (l’équivalent du titre mondial) en 1939. Étudiante à l’Université de Saskatchewan, Walton avait fait partie de pas moins de 14 équipes inter-collégiales dans des sports aussi variés que le hockey sur gazon et le plongeon. Au début des années ’30, Walton se permit quelques années pour élever une famille, puis effectua un retour et devint l’une des meilleures joueuses de tennis au Canada et la meilleure joueuse de badminton de l’époque au monde.

Des records qui durent

Les athlètes canadiennes de l’Âge d’Or semblent détenir un nombre disproportionné de records du monde, dans une vaste gamme de sports.

L’un des plus remarquables fut un record de 61 lancers libres consécutifs par Maggie MacBurney, de la légendaire équipe de basketball des Grads d’Edmonton. L’exploit de MacBurney fut un record chez les hommes aussi bien que chez les femmes dans les années ’30.

Malgré l’approche nonspécialisée en sport, les athlètes complètes des années ’20 et ’30 établirent des normes de performance qui demeurèrent inscrites au livre de records pendant des années. Le saut en hauteur de 1.60 m d’Ethel Catherwood aux Eliminatoires Olympiques de 1928 ne fut battu qu’en 1954, et plusieurs des résultats de Bobbie Rosenfeld, ne furent surpassés que durant les années ’50.

Les Six Incomparables, et d’autres

Le Canada dominait de façon sensible le sport féminin des années ’20 et ’30. Par exemple, notre meilleure équipe olympique d’athlétisme fut l’équipe féminine des “Six Incomparables” qui participa à Amsterdam en 1928, première année où l’on permit aux femmes de participer aux “disciplines ardues” des Jeux.

Au programme de 1928, il y avait trois épreuves de piste et deux de pelouse, et l’équipe canadienne rentra au pays avec deux médailles d’or, une d’argent et une de bronze. Au total non-officiel des points, les six Canadiennes avaient accumulé 34 points, comparativement à 28 par l’équipe américaine composée de 20 femmes. Les 19 Allemandes se classèrent troisièmes.

Le total de médailles olympiques remportées par le Canada depuis les débuts serait certainement plus impressionnant, s’il n’avait été du fait que le sport féminin ne fut accepté au niveau international que très lentement et à contrecoeur.

Par exemple, dans les coulisses à Amsterdam, les officiels olympiques discutaient avec virulence de l’inclusion des femmes au programme d’athlétisme. L’opposition se targuait de porte-parole puissants en la personne du Pape Pie XI et du Baron Pierre de Coubertin, fondateur du mouvement olympique de l’ère moderne.

Même l’équipe médicale canadienne aux Jeux se prononça contre la participation des femmes, sous prétexte que de telles activités pourraient être nuisibles au système reproductif féminin. Toutefois, ces opinions pittoresques furent fortement ridiculisées dans les journaux canadiens et, de façon plus éloquente, par les exploits des femmes canadiennes sur la piste.

Après 1928, on en arriva à une sorte de compromis. Les femmes continuèrent de participer en athlétisme, mais l’épreuve du 800 m fut éliminée jusqu’aux Olympiques de 1960. La plus longue épreuve d’athlétisme pour les femmes pendant les 32 années entre Amsterdam et Rome fut le 200 m.

Les autres sports dans les-quels les femmes canadiennes excellaient furent encore plus difficilement acceptés sur la scène internationale. Les trois meilleures patineuses de vitesse des années ’20 et ’30 étaient des Canadiennes: Lela Brooks, Jean Wilson et Hattie Donaldson. Brooks était la meilleure des trois. Elle établit six records du monde en 1925 et remporta de nombreux championnats intérieurs et extérieurs entre 1926 et 1935. Le trio canadien ne fut pas à son meilleur aux Olympiques de Lake Placid en 1932, remportant une première et une deuxième place et deux records du monde, mais aucune médaille: le patinage de vitesse pour femmes n’était que sport de démonstration en 1932 et ne devint en fait une épreuve olympique officielle qu’à Squaw Valley en 1960.

Au basketball, le statut international de second ordre du sport féminin coûta au Canada au moins quatre médailles d’or olympiques. Entre les deux Guerres, les légendaires Grads d’Edmonton dominèrent le basketball féminin de façon plus convaincante que n’importe quelle autre équipe dans n’importe quel autre sport.

De 1915, jusqu’à leur dispersion en 1941, les Grads auraient remporté 502 parties et en auraient perdues 20, un palmarès comprenant 147 victoires consécutives et un record 7-2 en matches horsconcours contre des équipes masculines. Les Grads participèrent à quatre tournois de type olympique entre 1924 et 1936, sans jamais perdre une partie. Mais malgré la grande popularité et l’excellence inégalée des Grads, le basketball féminin ne fit ses premières armes olympiques qu’en 1976.

Malgré des opportunités limitées pour les femmes canadiennes sur la scène sportive internationale, l’enthousiasme national ne manquait pas.

Près de 5000 supporters assistèrent aux championnats canadiens féminins et éliminatoires olympiques d’athlétisme à Halifax en 1928. Les Grads d’Edmonton arrivaient très bien à se financer grâce à leur popularité aux guichets; un match pour le Trophée Underwood de 1930 (équivalent d’un championnat du monde) à Edmonton attira 6792 spectateurs. Lorsque l’équipe olympique féminine de 1928 rentra à Toronto après les Jeux, on estima à 200,000 personnes la foule qui envahit Union Station et la rue Fleet. 100,000 autres personnes bordèrent les rues du centreville de Toronto pour la parade de la victoire.

Des mécènes généreux

Au cours des années ’20 et ’30 les athlètes féminines arrivaient souvent à trouver des commanditaires corporatifs ou privés pour les aider à se supporter pour l’entraînement et la compétition.

La sprinteuse Ethel Smith commença sa carrière avec une équipe commanditée par une commission hydro-électrique locale à Toronto. Sa coéquipière Bobbie Rosenfeld fit compétition avec le Patterson Athletic Club, subventionné par la compagnie de chocolat pour laquelle elle travaillait.

Plusieurs athlètes éminents s’attirèrent la générosité de mécènes privés. L’un des plus extravagants fut un millionnaire de l’industrie des mines de Toronto et ancien joueur de hockey professionnel, Teddy Oke. Oke commandita des athlètes comma Lela Brooks et la médaillée d’or au saut en hauteur des Olympiques de 1928, Ethel Catherwood.

Oke fit venir Catherwood et sa soeur à Toronto, de la Saskatchewan, les inscrivit à l’école de commerce, leur trouva du travail dans sa maison de courtage (où il y avait déjà des athlètes de mur à mur), et embaucha l’un des meilleurs entraîneurs d’athlétisme, Walter Knox, pour préparer Catherwood en vue des Olympiques.

Conversation de “jock”

En bonne partie, l’intérêt pour le sport féminin au cours des années ’20 et ’30 provenait indéniablement de l’enthousiasme des journalistes sportifs de l’époque. Ce fut particulièrement le cas lorsqu’un bon nombre de personnalités importantes du sport féminin commença à contribuer des articles pour certains des principaux journaux du pays.

Alexandrine Gibb, le “chaperon” de l’équipe olympique de 1928, était une journaliste renommée et deux de ses protégées, les athlètes Myrtle Cook et Bobbie Rosenfeld, écrivirent pour le Star de Montréal et le Globe and Mail de Toronto, respectivement. Rosenfeld publia sa colonne “Sports Reel” pendant plus de 30 ans.

Des Entraîneurs et des Clubs

Et lorsque ces femmes n’étaient pas occupées à faire de la compétition ou à écrire sur le sport, on les retrouvait souvent comme entraîneurs d’autres athlètes ou en train de démarrer des clubs sportifs. Myrtle Cook fonda le Canadian Ladies’ Athletic Club à Montréal vers la fin des années 1920. C’est là qu’elle “découvrit” des athlètes du calibre de Hilda Strike. En 1932, leur amie Bobbie Rosenfeld fut entraîneur de l’équipe féminine d’athlétisme aux Jeux de l’Empire Britannique à Londres. La golfeuse Ada MacKenzie lança pour ainsi dire seule le premier terrain de golf au monde consacré exclusivement aux femmes, le Ladies’ Golf and Tennis Club de Toronto.

Un phénomène naturel

En 1956, une gamine de neuf ans, Abby Hoffman de Toronto, qui devait plus tard courir pour le Canada à quatre Jeux Olympiques, provoqua des manchettes à l’échelle nationale lorsqu’on découvrit qu’elle jouait au hockey mineur déguisée en garçon. À l’époque de l’Âge d’Or, il est peu probable qu’un tel subterfuge se soit avéré nécessaire.

Lela Brooks, par exemple, fut le premier membre féminin du Old Orchard Skating Club de Toronto, vers 1921. Il n’y eut aucune réaction particulière dont elle puisse se souvenir en 1979. “Cela semblait tout à fait naturel.”

La première grande nageuse du Canada, Phyllis Dewar, (quatre médailles d’or aux Jeux de l’Empire Britannique de 1934) nageait avec l’équipe masculine d’une école de Moose Jaw dans les années ’20.

Selon la sprinteuse Hilda Strike, parlant de l’Âge d’Or du sport féminin au Canada: “Il n’y avait pas vraiment d’obstacles pour les femmes à cette époque. Nous étions beaucoup trop occupées pour avoir des problèmes de ce genre.”