FAS launches $250,000 women’s program

A special program to promote leadership and participatory opportunities for women in sport and fitness has been launched by Fitness and Amateur Sport Canada (FAS).

The $250,000 program, which received approval in November 1980, is being funded by a portion of FAS’s lottery revenues.

Gerald Regan, minister responsible for Fitness and Amateur Sport, stresses that the program components are intended to encourage female involvement at all levels of sport, both as leaders and participants.

Regan notes that recent studies have confirmed that women are under-represented in leadership positions in sport. I am confident these efforts will begin to redress that situation, he says.

The Women’s Program will concentrate on eight major areas (see individual stories):

  • Leadership survey. A fivephase study to assess the numbers of women in leadership positions in sport and fitness at the federal, national, provincial, university, and community college level in Canada. The survey will lead to the publication of a national women-in-sport directory in the spring of 1981.
  • Talent bank feasibility study. A preliminary assessment of the practicality and desirability of setting up a talent bank of background information on outstanding female leaders in sport and fitness.
  • The advancement of women in sport — a planning workshop. A workshop to be held March 18-20 at McMaster University in Hamilton to investigate the possibilities of setting up a national organization for the advancement of women in sport.
  • Inner-city women’s fitness project. A demonstration project in cooperation with the national office of the YMCA aimed at providing fitness classes and lifestyle counselling for low-income inner-city women.
  • Post-mastectomy exercise program. Again in conjunction with the Y, a Vancouver-originated program for women who have undergone breast surgery will be introduced into other Canadian centres.
  • Internship program. An experimental sport management internship program for women athletes will get underway in mid-February at the National Sport and Recreation Centre, Ottawa.
  • Promotional projects. Among them, For the Record, a book of biographical sketches of outstanding Canadian women athletes from the 1920s to the present, by Ottawa writers David McDonald and Lauren Drewery, will be published in the spring of 1981.
  • Special projects. FAS is making funds available to the national associations it supports to permit them to develop projects to encourage the involvement of women in various leadership roles.
Melanie Sanford

Melanie Sanford, a member of the national volleyball team, spends part of every day working out in the gym.
Melanie Sanford, membre de l’équipe nationale de volleyball, s’entraîne tous les jours au gymnase.

Encouraging women’s sport

The manager and driving force behind FAS’s Women’s Program is Sport Canada consultant Susan Vail.

For Vail, whose regular Sport Canada duties involve advising eight national sport governing bodies, increasing the involvement of women in sport has been a longstanding concern.

Vail, who is an avid squash and tennis player, holds bachelor’s and master’s degrees in physical education. “Women in Sport” was the subject of her graduate thesis and she is currently working part-time towards her doctorate in physical education at the University of Ottawa. She has been involved with the women’s portfolio at FAS since 1977.

A decade of fermentation

Vail traces the impetus for the current Women’s Program back to the 1970 Report of the Royal Commission on the Status of Women, which pointed out that fewer girls than boys participated in sports in Canadian schools.

In May 1974, under the leadership of former Olympic swimmer Marion Lay, FAS organized the National Conference on Women and Sport, which recommended a number of programs, including specific projects for a women’s program within FAS.

A study completed in March 1980, Women in Sport in Canada: Leaders and Participants from a National Perspective, provided another push. The study confirmed that women are indeed underrepresented in leadership positions in sport at the national level.

The simple fact, according to Vail, is that men’s athletic needs — locally, provincially, nationally, and internationally — have generally been met, while women’s needs have not.

Leadership needed

“No major changes are likely,” she cautions, “unless more women become involved in sport management and other decision-making positions in our field. Women have always been in the position of playing catch-up and until female involvement is increased from the grass-roots level right up to the IOC (International Olympic Committee) the situation isn’t going to change.”

A prerequisite for providing increased leadership opportunities for women, says Vail, is alerting her fellow sport administrators to the problem.

“It is extremely important,” she says, “to raise the awareness of my colleagues, and point out to them the data that show how under-represented women are in most aspects of sport participation.”

“One thing I’m tired of hearing,” she adds, “is that women don’t have enough experience or expertise to assume leadership roles. There are many competent women in Canada; they just need to be given equal opportunities for success within the present sport structure.”

No special status

In pushing for these changes, Vail admits to two major concerns.

“I think it’s important that women in sport don’t isolate themselves from women in society at large,” she says. “It’s important we get together with other women’s groups.

“Also, I have a fear of alienating men in the sport field. We simply cannot implement special programs for women without involving our male colleagues. After all, the ultimate goal is not to set up a segregated, parallel structure for women, but an integrated one where both men and women will have their sport goals realized equally and as a matter of course.”

Not surprisingly then, Susan Vail would eventually like to see the Women’s Program disappear.

“I view this as an interim measure,” she says. “I don’t see these kinds of programs being needed forever. I wouldn’t want to perpetuate the special status of women in sport. Women’s natural and equal position in sport should be a given.”

CPSA lance un programme de $250,000

On veut un rôle plus actif

Les femmes en vedette

Condition Physique et Sport Amateur Canada (CPSA) a lancé un programme spécial devant promouvoir le leadership et les opportunités de participation des femmes dans les domaines du sport et du conditionnement.

Le programme de $250,000, approuvé en novembre 1980, reçoit ses subsides des revenus de loterie de CPSA.

L’Honorable Gerald Regan, ministre responsable de la Condition Physique et du Sport Amateur, déclare que les composantes du programme visent à encourager la participation féminine à tous les niveaux du sport, que ce soit comme leaders ou participantes.

Regan mentionne que des études récentes ont confirmé que les femmes étaient sousreprésentées dans les positions de leadership du monde du sport. Je crois que ces efforts corrigeront la situation, dit-il.

Le Programme Féminin se concentrera sur huit grands domaines d’activités (Voir articles individuels):

  • Étude sur le leadership. Une étude en cinq étapes, visant à évaluer le nombre de femmes occupant des postes de leadership dans le sport et la condition physique aux niveaux fédéral, national, provincial, universitaire et collégial à travers le Canada. L’enquête mènera à la publication d’un répertoire national des femmes-dans-lesport, au printemps 1981.
  • Étude sur la possibilité de créer une banque de talent. Une évaluation préliminaire des possibilités et de l’utilité de créer une banque de talent, contenant les renseignements de carrière de femmes reconnues comme leaders dans le sport et la condition physique.
  • L’avancement des femmes dans le sport — un atelier de planification. Un atelier de travail prévu du 18 au 20 mars à l’Université McMaster de Hamilton afin d’analyser les possibilités de créer une organisation nationale pour l’avancement de la femme dans le sport.
  • Un projet de conditionnement pour femmes en milieu urbain. Un projet-pilote, en collaboration avec le bureau national du YWCA, visant à offrir des classes de conditionnement et des services de consultation sur le mode de vie pour les femmes à revenu modique en milieu urbain.
  • Un programme d’exercices post-mastectomie. Toujours en collaboration avec le Y, un programme originant de Vancouver à l’intention des femmes ayant subi une opération chirurgicale des seins sera offert dans d’autres centres à travers le Canada.
  • Projets de promotion. Entre autres, For the Record, un résumé de notes biographiques sur les meilleures athlètes féminines canadiennes depuis les années 1920 jusqu’à nos jours, et préparé par David McDonald et Lauren Drewery d’Ottawa, sera publié au printemps 1981.
  • Projets spéciaux. CPSA met à la disposition des associations nationales qu’elle subventionne des fonds leur permettant de développer des projets visant à encourager la participation des femmes dans divers rôles de leadership.
  • Programme d’apprentissage. Un programme expérimental de stages en gestion sportive pour athlètes féminins démarrera au début du mois de février, au Centre National du Sport et de la Récréation à Ottawa.

Encourager le sport pour les femmes

La force motrice et la responsable du Programme Féminin de CPSA est la conseillère de Sport Canada Susan Vail.

Susan Vail

Susan Vail

Il y a longtemps que Vail, dont les responsabilités normales à Sport Canada couvrent huit associations sportives nationales, s’intéresse à accroître le niveau de participation des femmes dans le monde du sport.

Vail, qui pratique très activement le tennis et le squash, détient un baccalauréat et une maîtrise en éducation physique. “Les Femmes et le Sport” fut le sujet de sa thèse de maîtrise et elle prépare présentement son doctorat en éducation physique, à temps partiel, à l’Université d’Ottawa. Elle s’occupe depuis 1977 du dossier féminin à CPSA.

Une décennie d’effervescence

Selon Vail, l’élan donné grâce au nouveau Programme Féminin eut son origine dans le Rapport de la Commission Royale d’Enquête sur le Statut de la Femme, en 1970, qui concluait que moins de filles que de garçons participaient à des activités sportives au niveau scolaire.

En mai 1974, grâce au leadership de l’ex-nageuse olympique Marion Lay, CPSA organisa le Colloque National sur la Femme et le Sport, qui recommanda une variété de programmes dont des projets précis pour un programme féminin au sein de CPSA.

Une étude complétée en mars 1980, “Women in Sport in Canada: Leaders and Participants from a National Perspective”, offrit un nouvel élan. L’étude confirmait la faible représentation féminine dans des postes de leadership sportif à l’échelle nationale.

Les faits sont très simples, de dire Vail: les besoins des hommes en sport, sur les plans local, provincial, national et international, ont généralement été bien servis, alors que ceux des femmes ne l’ont pas été.

On a besoin de leadership

Marion Lay

Marion Lay

“Il est peu probable qu’il y ait des changements majeurs,” avoue-t-elle, “à moins que plus de femmes s’engagent en gestion sportive, ou dans d’autres postes au niveau de la prise de décision. Les femmes ont toujours tiré de l’arrière et jusqu’à ce que la participation féminine augmente depuis le bas de l’échelle jusqu’au niveau du CIO (Comité International Olympique), la situation ne changera guère.”

Selon Vail, il est nécessaire de sensibiliser tous les administrateurs sportifs au problème si l’on veut augmenter les possibilités de leadership pour les femmes.

“Il est très important,” I poursuit-elle, “d’éveiller la conscience de mes collègues, et de leur démontrer que les données prouvant la sousreprésentation féminine s’appliquent à presque tous les domaines de la participation sportive.”

“J’en ai marre d’entendre dire que les femmes n’ont pas suffisamment d’expérience ou d’expertise pour occuper des postes de leadership,” affirmet- elle. “Il y a beaucoup de femmes compétentes au Canada. Il leur faut se prévaloir de chances égales de succès à l’intérieur de la structure sportive actuelle.“

Aucun Statut spécial

Tout en insistant pour ces changements, Vail s’inquiète de deux aspects importants.

“Je crois qu’il est important que les femmes dans le monde du sport ne s’isolent pas des femmes de la société en général,” explique-t-elle. “Il est important de se réunir avec d’autres groupes féminins.”

“De plus, je crains d’offusquer les hommes dans le monde du sport. Il est absolument impossible de mettre en oeuvre des programmes spéciaux pour femmes à l’exclusion de nos collègues masculins. Après tout, le but ultime n’est pas de créer une structure séparée et parallèle pour les femmes, mais un système intégré ou hommes et femmes pourront réaliser de façon égale et naturelle leurs objectifs sportifs.”

Il n’est donc pas étonnant que Susan Vail désire qu’éventuellement, le Programme Féminin disparaisse.

“Pour moi, c’est une mesure temporaire,” dit-elle. “Je ne crois pas que nous aurons besoin indéfiniment de ce genre de programme. Je ne tiens pas à perpétuer le statut spécial de la femme dans le sport. La position naturelle et d’égalité de la femme dans le sport devrait être automatique.”